Faut-il accepter le doggy bag au restaurant ?

Ladies and Gentlemen, Chers Kiffeurs,

Aujourd’hui nous avons l’immense plaisir de confier au plus grand plaisir de vos yeux la plume d’Emmanuel V. qui nous a rejoint le mois dernier. Enjoy, c’est que du Kiff !
—–

Faut-il accepter le doggy bag au restaurant ?


Pratique américaine par excellence, qui nous est parvenue en traversant l’Atlantique, le principe du doggy bag est intéressant. Il a le mérite de garder la nourriture, de la préserver, de ne pas la gaspiller, et de permettre au gentil consommateur de finir son repas dans un deuxième temps, qu’il sera libre de choisir. 

Mais venons en au fait : nous autres, kiffeurs par excellence, mais aussi et avant tout ambassadeurs du bon goût, nous faut-il accepter le doggy bag? Représentons-nous l’histoire : petite soirée entre gens biens, de bonne compagnie, voilà le groupe décidé à se substanter au restaurant chinois du coin. Moment sympa, on se dit que les nems vont remplir la table, que les sauces vont réveiller les papilles, que les bols de riz et autres condiments vont satisfaire les esprits. 

Mais voilà. Comme souvent, on a les yeux plus gros que le ventre et le repas devient gargantuesque. Aucun problème, puisque nul ne prétend qu’il faut à tout prix vider l’intégralité des plats, si ce n’est sans doute, pour accorder une reconnaissance explicite aux propriétaires des lieux. Mais a-t-on besoin de cela?

Alors voilà, nous en sommes là. Le repas touche à sa fin. Les corps sont garnis et repus, et chacun souhaite continuer l’aventure de la vie, ailleurs que dans ce temple sacré de la nourriture asiatique, à tendance shintoïste. L’addition est commandée, les remerciements sont accordés, et c’est alors que survient la question fatidique, prononcée par Madame l’épouse du propriétaire : « ces messieurs-dames souhaitent-ils un sac pour emporter le reste? ». 

Chers kiffeurs, la réponse semble somme toute évidente : à quoi bon s’encombrer de mets périssables, qui eurent satisfaits un désir de se rassasier; mais désormais, ont-ils toujours la même saveur? Les désirerons-nous tout autant après avoir franchi la porte? Et pire encore : quelle drôle de perspective de se voir marcher quelques mètres affublé d’un poche de nems et autres chinoiseries? « Merci Madame, c’était fort bon, mais nous en resterons là, alors c’est non merci ». 

Voilà la réponse la plus spontanée : mais à y regarder de plus près, ce n’est sans doute pas si simple. Admettons que ce repas ait été particulièrement savoureux, et le moment partagé particulièrement délicieux… Cela ne vaudrait-il pas une petite madeleine de Proust qui sera incarnée par le doggy bag une fois rentré chez soi, et venu le moment de se remémorer le repas, en le terminant confortablement en son humble demeure? En ce cas, le sacrifice de s’encombrer de ce cadeau comestible vaut peut être le coup.

Alors chers kiffeurs, c’est à ce moment là que nous reconnaissons que la réponse peut être double : la bienséance nous imposera de refuser poliment, alors que la vraisemblance nous poussera parfois à accepter. Ne serait-ce que pour répondre à un plaisir malin de profiter d’un demi repas gratuit. Simplicité retrouvée, humilité de kiffeur challengée. 

Le doggy bag satisfaira donc celui qui souhaite prolonger le kiff dans sa tanière et rebutera tout autant le kiffeur de l’instant. A chacun de choisir son camp. Quant à nous, à la Société du Savoir-Vivre, nous dirons que tout dépend du moment. Et puis en cas de dilemme, autant prendre le doggy bag, pour le donner à son doggy dog.

La Société du Savoir-Vivre

 

Adhérer maintenant pour 1,99€/mois seulement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s