​Voir ou être vu ? Philosophie superficielle.

Ladies and Gentlemen, chers Kiffeurs,

De toutes les préoccupations qu’un être normalement constitué peut avoir, il en est bien une qui semble surpasser les autres. Dans un monde depuis toujours fait de belles choses, l’apparat et l’apparence priment sur toutes autres considérations. Critère numéro 1 lorsque l’on fait une rencontre, celle-ci se présume dans un premier temps à l’aspect extérieur que rend la personne en face de soi. Celle-ci se présage en fonction de la tenue vestimentaire, des accessoires, de l’apparence physique, dans le contexte temporel et du cadre spatial dans lequel elle intervient. L’environnement de la rencontre et ces critères esthétiques conditionnent les trois premières secondes de la rencontre. Alors, puisqu’il en est ainsi et ce depuis la nuit des temps, il vaut mieux songer à deux fois avant de sortir de chez soi et s’apprêter convenablement… au risque de passer pour un plouc. Qui souhaiterait passer pour un plouc, assurément pas nous ? A ceci près qu’à la Société du Savoir-Vivre cela ne nous est jamais arrivé.

Ces trois premières secondes passées, une fois plongé dans un bain de foule mondain comme dans n’importe quel contexte plus simple -le restaurant, un repas de famille, la plage ou, pour ceux qui ne vivent pas de leurs rentes, au travail- voilà qu’intervient une question de la plus haute importance : faut-il voir ou être vu ? Abordons le sujet point par point. Voir c’est mater, regarder sinon contempler. Qui regarder ? Autrui bien sur. Comment celui ou celle-ci s’est arrangé pour la soirée, ce moment de la journée ou a lieu la rencontre, pour un café du matin, un rendez-vous d’après-midi ou un bon vieux Skype avec ses amis à l’autre bout du monde ? Ce qui compte dans l’observation, c’est l’analyse qui en découle. En effet, convenablement faite elle permet à quiconque de positionner les uns par rapport aux autres en fonction de son échelle de préférence, puisque les goûts et les couleurs nous en conviendrons varient d’une personne à l’autre. Voir c’est donc faire plaisir à l’autre qui lui se montre. Se montrer, justement, relève de la démarche inverse. Il s’agit là de se montrer, sous son meilleur jour, évidemment. A vous de vous approprier un style élégant, de le personnaliser et d’incarner le personnage social qui vous convient. Par là nous entendons que chacun appartient à une tribu : bcbg, bobocool, hipster, normcore, ploucs, etc. A vous de choisir votre camp si vous ne voulez pas vous retrouver dans la tribu fourre tout des inclassables à qui personne ne parle. Une fois ce choix fait il faut l’assumer et assurer. A la Société du Savoir-Vivre nous savons que c’est vous les meilleurs, alors surprenez-nous et surtout surprenez-vous. Puisqu’il s’agit de se montrer et d’être vu.

Mater ou m’as-tu vu ? Le choix est aisé.

La Société du Savoir-Vivre

 

Adhérer maintenant pour 1,99€/mois seulement !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s